Peinture, perspective et profondeur par la lumière et la couleur

 

Perspective et profondeur par la lumière et la couleur

 

Ce tutoriel est écrit avec Photoshop CS 6.

 

Nous avons vu quelques notions de perspectives et de couleurs dans les tutoriels sur la Notions de perspective et À propos des couleurs (voir les liens en fin d’article). Cet article traite de la perspective et de la profondeur par la lumière et la couleur.

 

L’utilisation de la lumière pour peindre la profondeur :

Dans la seconde partie de cet article, j’explique que la bonne utilisation des couleurs chaudes et froides permet un rendu de profondeur intéressant. Mais il en va aussi d’une bonne tonicité de l’œuvre, il faut donc lui ajouter des notions de contraste et de lumière et d’ombre.

La lumière est un élément primordial dans l’expression de la profondeur puisque c’est avec la lumière que l’œil perçoit le volume des formes.

Une lumière directe aura tendance à exagérer les ombres et les détails de l’objet seront ainsi très visibles, l’objet apparaitra très contrasté et sa forme nette. À l’inverse, une lumière diffuse tendra à rendre l’objet monotone, les ombres étant plus diffuses, plus pâles ne permettant pas de détailler l’objet qui reçoit la lumière.

Afin de parfaire la profondeur d’une composition, on va donc gérer la lumière de deux manières, en alliant lumière directe (au 1er plan) et lumière diffuse (à l’arrière-plan). Ainsi le premier plan baignera dans une lumière directe et sera traité de manière contrastée alors que l’arrière-plan baignera dans une lumière plus diffuse qui lui fera perdre du contraste et le rendra plus monotone.

Et c’est ce passage entre ces deux plans qui ajoutera une profondeur et donc une meilleure perception de la perspective.

 

Notion de perception optique de la perspective par les couleurs :

Voici une notion à comprendre qui est très importante dans la gestion de la perspective et dans la notion même de profondeur en manipulation ou illustration. C’est qu’une tonalité froide (bleu, vert, violet) a tendance à être perçu par l’œil comme un élément éloigné.

En effet si l’on se réfère à la vision de la perspective qu’avait Léonard de Vinci, plus un objet s’éloigne du champ de vision, plus il a tendance à perdre de sa couleur et à prendre des tons bleutés et aussi à perdre ses contours nets (flou de profondeur de champ). Alors que les tonalités chaudes (rouge, orange, jaune) ont tendance à être captées par l’œil, comme étant en avant.

Ainsi si l’on tient compte que, pour l’œil, les tons chauds s’avancent et les tons froids s’éloignent, on comprend qu’en création il est préférable de jouer sur cette notion afin de créer une bonne profondeur.

On va donc privilégier les tons froids pour l’arrière-plan et les tons chauds pour le premier plan.

Si dans le cas contraire, vous placez les tons froids sur le premier plan et les tons chauds sur l’arrière-plan et bien vous risquez tout simplement de casser la profondeur et aplanir l’œuvre qui en perdra en réalisme et en intensité.

En effet, les tons froids reculant et les tons chauds avançant (toujours dans la perception de la perspective optique), la perception de la perspective liée aux tonalités risque de venir mettre sur un même plan, le premier et l’arrière-plan et ainsi annihiler cette perspective. La manipulation ou l’illustration en perdra en profondeur.

 

Mettre l’élément principal en valeur par les couleurs complémentaires :

En illustration comme en manipulation, il y a toujours un élément qui est mis en valeur, c’est le plus souvent l’élément de premier-plan. Et cet élément est composé de couleurs (enfin généralement).

Pour mettre en valeur cet élément, il est de bon ton d’user de la notion de couleurs complémentaires, ainsi on va toujours déposer une couleur complémentaire à côté de la couleur principale afin de mieux capter le regard.

Vous trouverez des informations sur les couleurs complémentaire dans l’article : À propos des couleurs (lien en fin d’article).

 

Conclusion :

Quand vous peignez ou composez, il faut penser à ces deux petites notions qui ne pourront que mettre en valeur votre travail. Bien entendu, comme toute règle, la transgression peut être aussi un choix intéressant.

Pour illustrer cet article, vous pouvez apprécier « La baie de Marseille vue de l’Estaque », peint par Cézanne en 1885. Voyez comme le premier plan est composé de couleurs chaudes et contrastées. Regardez également l’arrière-plan, avec ses tonalités froides et sans contraste. Les ombres étant juste suggérées pour la forme des vallons.

 

 

Tutoriels complémentaires :

► Notions de perspective

► À propos des couleurs

 

Ce tutoriel a été créé par HélèneM. Photoshoplus en a créé une nouvelle version, avec son autorisation.
Toute reproduction, exploitation ou diffusion du présent document est interdite.

Articles similaires :